mercredi 4 janvier 2017

«Pardonne moi, Leonard Peacock » de Matthew Quick



Titre : Pardonne moi, Leonard Peacock
Auteur : Matthew Quick
Maison d'éditions : Robert Laffont
Collection : R
Genres : Young-Adult, suicide, adolescence...
Date de sortie : 9 avril 2015
Nombre de pages : 324
Ma note : ★★★★★ PREMIER COUP DE COEUR DE 2017 !





En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis.  "


 

 
" En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. "
Je veux leur dire au revoir correctement.
Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi.
Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie.
Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer... "
Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans.
C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami.
Ensuite, il se suicidera.
Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent.
Mais pas aujourd'hui.
   





   324 pages. 324 pages d'émotions intenses, d'espoir, de réalité. Il s'agit du premier roman de Matthew Quick que je découvre, je m'y suis plongée sans trop de questions, et je ne m'attendais surement pas à autant aimé, autant être touchée. Vous voyez la phrase qui se trouve juste avant le résumé ? " En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. " Et bien c'est grâce à celle-ci que j'ai été plutôt ( vraiment trop ! ) intriguée. Vous savez que je suis une inconditionnelle amoureuse de romans tragiques, et " Pardonne moi, Leonard Peacock ", fait partie de ceux qui semblent totalement réels, puissants. La plume de l'auteur n'a su que me prendre aux tripes, me chambouler. Comme vous allez le voir plus bas dans la chronique, j'ai relevé une multitude de ( sublimes ) citations, et... la manière dont Matthew Quick formule ses phrases est tout bonnement divine et majestueuse. Son agencement de mots est remarquable et je vous avoue que, plus d'une fois, l'émotion et la reflexion ont pris le dessus. Quant à l'histoire en tant que telle, je peux vous assurer que c'est une merveille. Du genre touchant et saisissant, on est servi. Mais ce n'est pas le type de récits qui nous surprend un moment et dont la suite est... banale, attendue. Non. Ici, c'est bien plus que cela, c'est... magique, inoubliable. Mon premier coup de cœur de cette année 2017, et vraiment, pas des moindres. Un joyau de la littérature Young-Adult.


   Nous suivons dans ce roman Leonard Peacock, adolescent de dix-sept ans, qui est beaucoup plus mature et réfléchi que la plupart des jeunes de son âge. Malheureusement, il en a assez. Aujourd'hui, c'est son anniversaire. Il a dix-huit ans. Et en ce jour, il prend une décision décisive pour la suite de son avenir. A l'aide du P-38, ancien pistolet Nazi appartenant auparavant à son grand-père, il tuera son ancien meilleur ami, Asher. Après, il se suicidera. Mais avant tout cela, il a quatre paquets. Ces quatre paquets contiennent quatre cadeaux, pour chacun de ses amis. Il a cette différence, qui le rend unique... Pour certains, bizarre. Mais maintenant, ce n'est pas ce qui le préoccupe. Il a un objectif. Une mère qui n'en a strictement rien à faire de lui : la mode et le stylisme l'intéressent certainement plus. Baback, le musicien compétent que Leonard a protégé il y a de cela quelques années, et dont la musique est ce qui lui reste de meilleur pour supporter le lycée et les élèves qu'il décrit comme stupides, immatures, " moutons ". Herr Silverman, son prof qu'il apprécie par dessus tout. Celui qui comprend sa différence vis-à-vis des autres. Celui qui pourra tout faire pour lui. Pour le soutenir. Et pour finir, Walt, ce vieux voisin avec lequel il passe la plupart de son temps...

   J'ai adoré la façon dont pense Leonard, je trouve que c'est le genre de personnage qu'il manque dans les romans YA ( et autres genres d'ailleurs... ). Sa force mentale ( malgré les circonstances ) est incroyable, sa réflexion vis-à-vis des gros sujets de la vie est totalement pertinente. J'ai eu - et j'ai toujours - un énorme coup de cœur pour ce protagoniste, je crois que je ne suis pas encore prête d'oublier ce roman ( jamais je crois ). C'est un bonheur d'avoir cette impression que l'auteur a tout donné pour mettre à l'oeuvre cet ouvrage, c'était sublime et aucune ligne ne m'a semblée pas adaptée, incohérente. Tout avait un sens et tout était merveilleusement bien ficelé. En passant par le fond de trame, la plume de Matthew Quick, les divers personnages, la sincérité qui se ressent... Enfin tout. Si vous êtes accros aux histoires poignantes, tragiques, j'ai trouvé LE livre parfait. Alors c'est à vous de vous en faire votre propre avis dorénavant.

             

           __________________________________________

    
Vous voulez vous procurer ce roman ? C'est par ICI !


 







Un jour, alors qu'on discutait après son cours, Herr Silverman m'a expliqué que quand quelqu'un se comporte mieux que les autres, même si c'est pour le bien de tous, les gens médiocres lui en veulent parce qu'ils ne sont pas assez courageux pour faire de même. "





----------





 AU DÉBUT, IL T'IGNORENT,


ENSUITE ILS SE MOQUENT DE TOI,


PUIS ILS TE COMBATTENT


ET À LA FIN TU GAGNES. "





----------



J'ai imaginé que mon sang se répandait dans la neige qui prendrait une belle nuance vermillon, tandis que les habitants de Philadelphie me dépasseraient d'un pas hâtif, sans prendre le temps de s'arrêter pour admirer la neige rouge, ou faire attention au lycéen en train de mourir sous leurs yeux.
Cette pensée étrangement réconfortante m'a fait sourire. 
 "



----------



" Les gens payent pour ce qu’ils ont fait, et plus encore pour ce qu’ils se sont autorisés à devenir. Et ils le payent d’une manière très simple : par la vie qu’ils mènent. "



----------



" Les enfants sont des passagers aveugles – ils ne voient pas ce qui les attend au bout de la route. "



----------



"-J'en ai rien à battre des notes. Vous pouvez me foutre zéro. Ça n'a aucune importance.
-C'est très noble de votre part, mais vous devez penser à votre avenir, Leonard.
-Vous pensez qu'Hamlet aurait suivi les consignes s'il avait fait cette interro ? Vraiment ?
-Là n'est pas la question.
-Alors pourquoi nous faire étudier des personnages comme Hamlet - des héros - si on n'est pas censés les imiter ? Si on doit juste s’inquiéter de nos notes et des lettres admission à la fac et tout le toutim. Si on doit juste faire comme les autres.
"



----------


" Tu te fonds dans la masse, alors qu'à la gare, tu étais unique. Et moi, j'aime les gens uniques, c'est comme ça."






Résultat de recherche d'images pour "matthew quick writer"


Accéder à son site/blog en cliquant ICI
Accéder à sa page Facebook en cliquant ICI
Accéder à son compte Twitter en cliquant ICI




BIOGRAPHIE :




Matthew Quick est l'auteur de plusieurs romans best-sellers figurant dans la prestigieuse liste du New York Times, dont l'oscarisé The Silver Linings Playbook, porté à l'écran sous le titre Happiness Therapy. Traduite en plus de trente langues, son œuvre a reçu nombre d'autres distinctions. Il habite avec sa femme, la pianiste et romancière Alicia Bessette, sur l'une des îles bordant la Caroline du Nord.


______________________



Belle découverte à tous.


Les Lectures de Nora

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire